Catégories
Société

Dossiers des épaves roulantes : de vrais boulets pour la justice… et les victimes !

En 2015, ce sont quelque 5 000 véhicules soupçonnés d’être dangereux, après avoir été accidentés et mal réparés, qui avaient été rappelés pour être expertisés, ce qui avait donné lieu à l’ouverture d’un procès à Évry. En 2017, ce sont plus de 1 000 voitures qui se sont retrouvées dans la même situation, avec rebelote, un nouveau procès à Évry… Dans le premier cas, c’est une information judiciaire qui a finalement été ouverte. Depuis, plus de nouvelles… Dans le second cas, une nouvelle audience avait lieu ce mardi, mais sans qu’elle n’apporte les réponses escomptées. En attendant, les victimes prennent leur mal en patience, et le problème de fond est loin d’être réglé.

Après l’affaire des 5 000 voitures dangereuses, en 2015, au tour de l’affaire dites des 1 000 ! Il ne s’agit pas des mêmes protagonistes, mais le principe reste le même : des véhicules gravement endommagés (VGE) ou économiquement irréparables (VEI), à la suite d’accidents, et donc déclarés épaves, n’ont pas fini à la casse, mais ont été réparés, et surtout mal réparés, avec parfois des pièces volées, par des garagistes véreux, et avec la complicité d’experts en automobile qui leur ont signé des certificats de conformité de complaisance, afin que les cartes grises soient débloquées et que ces véhicules puissent être remis en circulation.

Catégories
Économie

Scandale des 5 000 véhicules dangereux : tout le marché de l’occasion suspecté (vidéo sur Caradisiac)

Le rappel des 5 000 véhicules soupçonnés d’être toujours dangereux organisé par le ministère de l’Intérieur depuis septembre est toujours en cours. Il n’y en a même qu’une moitié qui a été expertisée. Et déjà 40 % de ces autos sont considérées comme toujours dangereuses. Comment les propriétaires concernés doivent-ils se défendre ? Peut-on espérer que ce type d’escroquerie, mettant en danger la vie d’autrui, soit limité à ces seuls 5 000 véhicules rappelés ?

Le procès qui doit se terminer ce vendredi matin à Évry, dans lequel un conducteur est poursuivi pour homicide involontaire prouve que le scandale est bien plus général qu’il n’y paraît. D’accusé après un accident mortel qui remonte à janvier 2014, le jeune homme en question devrait être reconnu victime. La Clio RS qu’il venait de s’offrir était tout simplement un ancien “véhicule endommagé” très très mal réparé… Et c’est bien ça qui aurait provoqué ce terrible accident. Pas sa conduite.

La suite sur Caradisiac.com