Catégories
Économie

Scandale des 5 000 véhicules dangereux : tout le marché de l’occasion suspecté (vidéo sur Caradisiac)

Le rappel des 5 000 véhicules soupçonnés d’être toujours dangereux organisé par le ministère de l’Intérieur depuis septembre est toujours en cours. Il n’y en a même qu’une moitié qui a été expertisée. Et déjà 40 % de ces autos sont considérées comme toujours dangereuses. Comment les propriétaires concernés doivent-ils se défendre ? Peut-on espérer que ce type d’escroquerie, mettant en danger la vie d’autrui, soit limité à ces seuls 5 000 véhicules rappelés ?

Le procès qui doit se terminer ce vendredi matin à Évry, dans lequel un conducteur est poursuivi pour homicide involontaire prouve que le scandale est bien plus général qu’il n’y paraît. D’accusé après un accident mortel qui remonte à janvier 2014, le jeune homme en question devrait être reconnu victime. La Clio RS qu’il venait de s’offrir était tout simplement un ancien “véhicule endommagé” très très mal réparé… Et c’est bien ça qui aurait provoqué ce terrible accident. Pas sa conduite.

La suite sur Caradisiac.com

Catégories
Économie

Scandale sur le marché de l’occasion : enquête sur le rappel de 5 000 véhicules dangereux (Vidéo sur Caradisiac)

Si acheter un véhicule d’occasion présente souvent un risque, on ne peut pas imaginer que cela puisse aller aussi loin… L’affaire touche plus de 5 000 propriétaires de véhicules. Des véhicules clairement dangereux remis sur le marché en toute connaissance de cause via des expertises frauduleuses. Caradisiac a enquêté. A cette heure, des victimes cherchent à se défendre dans une procédure complexe. Des avocats, comme Caroline Tichit, suivent déjà plusieurs dossiers. Et la solution serait apparemment que les victimes se rassemblent pour faire force, dans le cadre d’une action de groupe, que seule une association agréée pourrait porter en justice. Familles de France y réfléchit…

Caradisiac s’investit aussi pour venir en aide aux victimes. Que les personnes concernées n’hésitent pas à se faire connaitre en nous adressant leur dossier soit par mail soit par courrier (tous les renseignements nécessaires sont à retrouver en fin d’article).