Catégories
Politique

Quand Le Point censurait notre enquête libyenne…

Jacques Duplessy et Guillaume de Morant ont réalisé une grande enquête sur le financement par l’État français de l’hôpital libyen de Benghazi. Suite à sa publication dans le Canard Enchaîné et la revue Sang Froid, le Parquet national financier a ouvert une information judiciaire. L’Élysée de Nicolas Sarkozy est directement mis en cause. Un des dessous de notre travail n’aurait jamais dû être rendu public. Il concerne la censure de notre enquête initialement commandée par le magazine Le Point.

Quand Fabrice Arfi et Karl Laske du site Mediapart publient leur livre Avec les compliments du Guide (éd. Fayard), ils racontent que Le Point a censuré un article sur le financement de Sarkozy par Kadhafi. Il s’agissait d’une autre enquête que la notre. Immédiatement, le patron du Point, Étienne Gernelle, s’emporte et accuse Mediapart de colporter des « fake news », d’être un site complotiste, etc, etc. Nous avons alors décidé de raconter que nous avions été, nous aussi, victime de cette pratique… du Point !  Habituellement, quand cela arrive, les pigistes ne disent rien et vont voir ailleurs. Il y a encore assez de journaux en France pour qu’on trouve preneur d’une bonne enquête. Mais s’en prendre à un media qui fait bien son travail, qui ne vit d’aucune publicité mais uniquement de la confiance du public, cela nous était insupportable.

C’est pourquoi nous avons décidé de parler.

Catégories
Société

Le “M. Contravention” faisait payer ses PV par l’administration

Le préfet Jean-Jacques Debacq, qui dirige l’usine à procès-verbaux issus des radars automatisés, a fait payer par son administration les contraventions routières du dimanche dont son véhicule de fonction a fait l’objet et échappe au retrait de point sur son permis de conduire.

Article paru dans Mediapart à lire ici.

Retrouvez tous mes articles sur cette affaire :

  • La justice ouvre une enquête sur les marchés publics des radars automatiques (Mediapart – 1er octobre 2016)
  • Radars automatiques : une plainte d’Anticor vise Thierry Breton, PDG d’Atos (L’Express – 23 décembre 2015)
  • Radars automatiques : Capgemini remplace Atos (L’Express – 4 novembre 2015)
  • Radars, amendes : OPA sur les PV (L’Express – 23 juin 2015) : Le traitement automatisé des infractions routières rapporte gros à l’Etat… mais aussi à des entreprises privées comme Atos, qui détient un monopole de fait sur la gestion du centre national installé à Rennes. Un rapport confidentiel (de l’Inspection générale de l’administration – IGA) pointe les faveurs dont a bénéficié la société informatique depuis douze ans. Révélations.
  • L’ex-Monsieur Radars dans le radar de la justice (Le Canard Enchaîné – 14 mai 2014) : Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 19 novembre 2013 pour faux et usage de faux, ainsi que détournement de fonds publics, à l’encontre de Jean-Jacques Debacq, l’ancien directeur de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (Antai).
  • Les contrats passés par “Monsieur PV” intriguent le ministère de l’intérieur (Mediapart – 5 novembre 2013)